Toute l'actualité

Un premier pas vers la mise à jour de la reconnaissance faciale du visage

De quelle manière le cerveau différencie-t-il les visages ? Telle est la question que s'est posée Bruno Rossion, chercheur à l'Institut de Recherche en Psychologie et à l'Institut de Neuroscience de l'Université Catholique de Louvain (Belgique). Ses recherches ont reçu une bourse européenne du Conseil européen de la Recherche.

La reconnaissance des visages semble une activité spontanée. Pourtant, elle relève d'un processus complexe qui mobilise de nombreuses ressources du cerveau. La raison ? Les visages ne diffèrent que par la forme et les traits. Bruno Rossion et son équipe ont étudié le comportement des personnes ayant subi un accident cérébral. Alors qu'elles ont conservé toutes leurs capacités de perception visuelle et de mémoire, elles sont incapables de reconnaître les autres en voyant leur visage. D'où l'intérêt d'analyser leurs comportements pour décoder le processus sous-jacent de reconnaissance des visages.
 

visa.jpg


Les chercheurs ont mesuré l'activité électrique produite par le cerveau par électroencéphalogramme face à des stimulations visuelles présentées à un rythme constant. Le résultat ? L'activité électrique du cerveau se synchronise à la fréquence de la stimulation, montrant que les régions impliquées répondent au stimulus.  Les réponses spécifiques du cerveau à des images de visages peuvent alors être mesurées rapidement et de manière objective. Elles pourront ensuite être comparées lorsque les images sont modifiées ou rendues familières. 

Autre apport de cette technique, comprendre les différences  de  réponses du cerveau en associant aux traits du visage différentes fréquences mesurées pour permettre de déterminer les informations guidant notre perception et notre mémoire des visages. L'équipe de Bruno Rossion compte étudier le comportement des combinaisons précises des fréquences stimulées. L'objectif ? Percer les secrets de la reconnaissance faciale. Elles sont d'ailleurs différentes selon les populations. Des études ont en effet montré qu'un Européen reconnaîtra plus facilement le visage d'un autre Européen que le visage d'un Asiatique et vice versa.



Mylène Huck (Sup'Biotech promo 2013)

Archives

Abonnez-vous


Derniers commentaires

Etablissement d'enseignement supérieur privé - Inscription Rectorat Créteil 0942193Y - Cette école est membre de IONIS Education Group comme :