Toute l'actualité

Retour sur la conférence de l'Etablissement Français du sang à Sup'Biotech


A chaque campagne de l'Établissement français du sang (EFS), les étudiants de Sup'Biotech se mobilisent, souvent entre deux cours, pour donner leur sang.  La signature d'un partenariat entre IONIS Education Group et l'ESF a renforcé ces liens (voir la note du blog de Vanessa Proux, directrice de Sup'Biotech). C'est dans le prolongement de ces actions qu'une conférence de l'EFS a été organisée sur le campus de Villejuif, le mercredi 6 juillet. Au programme: la mission de l'EFS, les opportunités professionnelles et la recherche. Parce qu'elle est liée à sa volonté de contribuer à la veille scientifique, l'équipe de BiotechPress a souhaité revenir sur ce dernier aspect.

En France, l'EFS est le seul organisme habilité à recueillir, conserver, distribuer et garantir la sécurité des produits sanguins. C'est aussi  un organisme de recherche. L'établissement consacre 1,36 % -avec un objectif de 2 %- de son budget à la recherche et vingt  laboratoires sont répartis sur tout le territoire. Parmi eux, ceux dirigés par Monsieur Sensebé (Directeur scientifique et médical de l'EFS Centre Atlantique ) et Madame Coste (Directrice scientifique de l'EFS Pyrénées-Méditerranée).  Deux champs de recherche, deux  facettes  complémentaires de la recherche sur le sang : la prévention des risques de contamination des produits sanguins et la thérapie cellulaire.

Au service de la recherche

L'équipe de Madame Coste travaille sur  la détection dans le don de sang de la protéine du prion responsable de la maladie de Creuzfeld-Jacob. Cette maladie, qui s'est transmise de l'animal à l'homme par l'alimentation est encore émergente. Depuis son apparition, 224 cas ont été répertoriés dans le monde, principalement au Royaume Uni, en France et en Irlande. Or cette maladie pourrait se propager via les transfusions sanguines provenant de sang donné par des porteurs de la maladie.
Au Royaume Uni, 4 cas probables de contamination transfusionnelle ont été identifiés. En France, aucun cas similaire n'a été signalé. Pourtant, parmi les 23 personnes décédées de la maladie de Creutzfeld- Jacob, 3 avaient donné leur sang.  Des produits sanguins issus de leurs dons ont été distribués à 44 receveurs. Le risque de contamination existe donc. D'où la nécessité de mettre au point un test adapté aux transfusions sanguines. C'est ce à quoi travaille l'équipe de Madame Coste, avec la mise au point d'un test de référence permettant de gérer le risque de contamination. L'équipe de Madame Coste étudie aussi la susceptibilité génétique favorable ou non au développement de la maladie de Creutzfeld-Jacob.

C'est sur le développement de produits de thérapie cellulaire que portent les travaux de l'équipe de Monsieur Sensebé. L'objet de recherche ? Les cellules souches mesenchymateuses, des cellules souches adultes présentes dans la moelle osseuse et le tissu adipeux. Elles sont capables de se différencier en des types cellulaires variés mais limités et de moduler les réponses immunitaires et l'inflammation. D'où l'objectif de développer des produits de thérapie cellulaire permettant le traitement de pathologies des os, du cartilage, du cœur et des vaisseaux. La particularité de ce projet de recherche : intervenir, grâce à de nombreux partenariats, de la recherche fondamentale jusqu'aux applications cliniques.

Anabelle Planques (Sup'Biotech 14)

Archives

Abonnez-vous


Derniers commentaires

Etablissement d'enseignement supérieur privé - Inscription Rectorat Créteil 0942193Y - Cette école est membre de IONIS Education Group comme :